LE FOCUS DE DECEMBRE


Le premier Salon de la Poupée Noire qui s'est tenu le 3 décembre dernier, fut l'occasion d'un bel et tendre retour en enfance : entre les poupées chiffons, Barbies, en porcelaine, ou meme en forme de boules de noel, la diversité était le mot d'ordre. Des poupées pour poupons ou des poupées pour mamans, tout le monde a pu trouver son  bonheur dans ce salon très familial et ouvert à tous. Les participantes ont chacune leur histoire expliquant leur attachement à ces poupées et nous avons voulu partager avec vous leur passion et leur savoir faire en images. 

De très belles collections ainsi que des spécimens jamais vus ont régalé nos yeux, nous partageons avec vous ces trésors qui nous le souhaitons, se démocratiseront dans nos magasins de jouets. 

Théatre: Le Socle des Vertiges




Nous avons découvert le Socle des Vertiges lors de sa dernière représentation au Théatre des Amandiers le 4 décembre dans une salle quasiment pleine. La pièce de Niangouna est saisissante et pleine de musicalité tout au long des 2h17 avec plusieurs scènes et récits s'emboitant avec l'intrigue principale d'un homme en compétition constante avec son frère, et cherchant à comprendre la raison de son abandon par son père. Ce questionnement qui le conduira jusqu'à la torture physique et mentale de son entourage, est constamment accompagné de projections d'images d'abattage d'animaux froides et brutales. Elle reste néanmoins un régal au niveau des dialogues avec un texte mélodieux et ingénieux, plein de poésie et d'humour, parfois noir par l'auteur Dieudonné Niangouna. Cette pièce est aussi un joyau visuel, avec des décors en perpétuel changement une scénographie réussie, des tableaux humains vifs et saisissants entre l'oeuvre d'art plastique et la chorégraphie de danse contemporaine. 

Dr. Mary and Misses Sophie


"The Reign" 2010
photo : John Hodgkiss © Gallery MOMO

Baroques, exubérantes, contrastées, majestueuses, impressionnantes, ce sont là les adjectifs qui nous viennent face aux sculptures à taille humaine de Mary Sibande

Mary Sibande, artiste plasticienne sud africaine, a construit toute son identité artistique à travers son alter égo et personnage Sophie. Cette artiste basée à Johannesbourg révèle avec ce personnage toute son excentricité : cette chère Sophie a pour particularité d'être une servante vêtue de costumes victoriens. 

CONACRIKA : La trajectoire d'un homme entre Paris et Conakry



Nous assistons à la pièce ConaCrika un mois après sa première représentation à la Manufacture des Abbesses et celle-ci nous transporte loin de Paris dès les premières scènes. 

Une pièce où trois personnages s'expriment par de multiples émotions humaines: nous sommes ballotés entre les espoirs, les cris, les rires ou les peurs enfouies. Alpha le personnage principal,  nous conduit à ses racines, nous parle de son pays natal, la Guinée, et de sa capitale Conakry et évoque la douleur de l'exil mais aussi les blessures présentes de sa ville chérie, il est accompagné d'Oumar un étudiant, des figures féminines viennent ponctuellement compléter ce duo. 

LE FOCUS DE NOVEMBRE


© Diadji Diop


Le 9 Octobre dernier 5 artistes ouvraient les portes de leurs ateliers à Choisi-le-roi, c'est à cette occasion que nous avons rencontré Diadji Diop, qui y est installé depuis 4 ans. 
Diadji est un artiste plasticien d'origine Sénégalaise, dont les sculptures sont tout simplement impressionnantes. Installé en France depuis près de 17 ans, il se destinait à une carrière dans l'animation, mais il se découvrira très vite un passion pour le modelage et la sculpture. Pour en savoir plus sur l'artiste, ses oeuvres, ses projets nous lui avons posé quelques questions auxquelles il a très volontiers accepté de répondre.

Rencontres et "Contemplations sur le concept de Post-Black art" au Quai Branly.


Le 27 octobre dernier se tenait au Quai Branly une rencontre avec la jeune doctorante allemande Nana Adusei- Poku boursière du programme “Genre comme catégorie du savoir” à l’Université Humboldt à Berlin. Pour sa thèse intitulée “Conditions d’existence”, elle écrit sur les liens entre le post-racisme et le “post-Blackness” en relation avec les artistes contemporains noirs.

Elle commence par à tout prix vouloir retirer les a priori, le concept de Post-Black Art n’évoque pas l’idée d’une ère post raciale, cela ne peut pas exister car il est impossible de faire disparaitre le racisme fléau intemporel. Le Post-Black Art est une autre approche de la négritude (Blackness), « une différence dans la différence, une multiplicité dans la multiplicité » c’est un moyen pour les artistes d’utiliser les concepts de race et de négritude et les déconstruire simultanément.

Who can say no to a gorgeous brunette ? © Hank Willis Thomas

African Way of art: un périple qui continue sur la Terre Mère





Après une exposition applaudie à la Galerie Vendôme à Paris sous l’intitulé « African Way of Art » entre le 27 et le 30 octobre dernier, The Last Pictures Show 2011 continue sa tournée annuelle mais cette fois ci sur le continent africain même en s’installant à Lagos du 20 au 25 octobre 2011 pour ensuite s‘achever à Douala du 14 au 17 novembre 2011.

LE FOCUS D' OCTOBRE



Voila déjà une semaine que la La galerie de la Maison Revue Noire nous propose de découvrir quelques une des centaines de photographies mythiques de l’artiste congolais contemporain Depara et de révéler au grand public l’atmosphère de l’ancienne ville Léopoldville plus connue sous le nom de Kinshasa dans la période charnière et révolutionnaire des années 1950-1970, une ville aussi contrastée que les photos en noir et blanc du photographe.

La suite du focus ici >>

La Maison REVUE NOIRE accueille dans sa PROJECT ROOM les projets des artistes ayant participé au workshop "COME BACK HAITI"



Mercredi dernier nous étions conviés à la Maison Revue Noire pour assister à la présentation du workshop "Come Back Haiti", la galerie accueillait les 6 artistes ayant participé ce Forum Transculturel organisé par la Fondation AfricAméricA à Port-au-Prince : Mario BENJAMIN et Maksaens DENIS (pour Haïti), de Hervé YAMGUEN et Boris NZEBO (pour le Cameroun) et de Rina RALAY-RANAIVO et TEMANDROTA (pour Madagascar).

"Come back Haiti" est la dernière et troisième étape (après Douala et Antananarivo) du projet _Trans- , un projet qui vise à mettre en réseau les acteurs culturels des pays de la zone ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), à promouvoir des actions de formation, à soutenir les industries culturelles et à faire émerger nouveaux talents. Les artistes présentent à la Maison Noire à Paris leurs créations produites en Haïti qui resteront visibles dans la project room de la Maison Revue Noire, du 12 octobre au 29 octobre 2011

Notre reporter Shari qui a assité à cette présentation nous livre ses impressions :

Du 14 au 16 octobre on fête l'Afrique à la Grande Halle de la Villette avec la première édition de la Foire Africaine de Paris




La Foire Africaine c'est 3 jours d'exposition sur 4000 m2, 50000 visiteurs et 250 exposants attendus, 7 univers (Logement, Emploi, Banque & Transfert d’argent, Téléphonie & Ntic, Voyage & Tourisme, Commerce, Import-Export, Fret, Culture : Gastronomie, Mode, Musique, Peinture, Acteurs Culturels (Associations, Maison de production…), mais aussi un forum emploi diversité qui permettre à près de 20000 jeunes issus de la diversité de rencontrer des recruteurs.

Et si vous ajoutiez une touche bruxello-kinoise à votre intérieur avec KINSES


Kinses est une marque créée en 2009, par Rosy Sambwa, une créatrice originaire de Kinshasa, qui vit et travaille à Bruxelles. Pour elle ces deux villes n'en forme qu'une Bruxelles-Kinsasha, et c'est de cette identité bruxello-kinoise qu'elle puise son inspiration.

Cap sur la deuxième édition de la foire internationale d'art moderne et contemporain de Marrakech





Après le succès rencontré par la première édition en octobre 2010, Marrakech Art Fair revient au Palace Es Saadi du 30 septembre au 3 octobre 2011, avec une cinquantaine de galeries internationales d’art moderne et contemporain. En octobre 2010, plus de 10 000 visiteurs se sont rendus à l’édition inaugurale de Marrakech Art Fair, première foire d’art moderne et contemporain au Maroc. Une trentaine de galeries du Maghreb, du Moyen-Orient et d’Europe y sont venues à la rencontre des amateurs d’art et collectionneurs nationaux et internationaux. 

LE FOCUS DE SEPTEMBRE


Photo: Thomas Babeau



Le focus du mois est consacré à un artiste plasticien dont les œuvres nous ont littéralement subjuguées, Alexis Peskine

Né à Paris (en 1979), Alexis est un artiste reconnu aux Etats-Unis où il a vécu près de 10 ans. Le jeune homme se destinait à une carrière de basketteur qu'il abandonna pour étudier l'art et la photographie. Il obtient ainsi un Bachelor of Art (2003) à l'université d'Howard (Washington DC), puis un Master in Digital Arts (2004) et un Master in Fine Arts (2005) à l'Ecole des Beaux-Arts du Maryland. Lauréat deux années de suite (2002-2003) du prix Verizon HBCU (un concours prestigieux ouvert aux étudiants des universités historiquement noires des Etats-Unis) et Boursier Fulbright en 2004, le talent d'Alexis n'est plus aujourd’hui à démontrer.
Ses œuvres ont été exposées : aux Etats-Unis (on retiendra l'exposition « the French Evolution : Race Politics & the 2005 Riots » au MOCADA en 2007), à Paris (il obtient sa première exposition « Négrifique » solo à la Galerie Zidoun Paris en 2009, et participe entre autre à l'exposition DiasParis dans le cadre du festival l'Afrique dans tous les sens durant l'été 2010), mais aussi au Luxembourg (où il présente début 2011 « Identité Internationale » sa dernière exposition solo à la Galerie Zidoun Luxembourg ), à Dakar (où son travail a été particulièrement remarqué durant le 3ème FESMAN), à Johannesburg, au Cap, ou encore à Durban. 

Alexis vit entre Paris, Dakar et New York, Mais c'est à Paris que nous avons pu le rencontrer pour lui poser quelques questions sur lui et sur la façon unique dont il crée des images sur du bois latté, images auxquelles il donne du relief en plantant avec précision dans le bois, des clous de différentes tailles.



IMPRESSIONS FROM SOUTH AFRICA : l'Afrique du sud à l'honneur au MOMA

crédit photographique : Afrikadaa


Lundi dernier, l'exposition "Impression from South Africa" se clôturait après cinq mois, cinq mois durant lesquels les new-yorkais ont pu vivre au rythme de l'Afrique du Sud à travers des colloques, des lectures, ou encore des concerts organisés dans le cadre de l'exposition qui se tenait au MoMA.

"Impressions from South Africa, 1965 to Now" fait référence à l'importance de la gravure (comme ensemble de techniques utilisées en art et en reprographie) en Afrique du Sud, qui est à la fois un outil d'action politique collectif, une question de subsistance et un moyen d'expression artistique. Entièrement puisées dans la collection du musée, les oeuvres présentées ( gravures, posters, livres et peintures murales au pochoir) et créées ces 50 dernières années démontrent l'exceptionnel impact de la gravure au cours et  suite à une période d'importants bouleversements politiques.

LE FOCUS D'AOUT

Ce mois ci cap sur New York, pour découvrir une exposition où le masque africain, dans sa forme iconique, est repensé, détourné, voir même "désacraliser", par des artistes contemporains : "Reconfiguring an African Icon". l'exposition que l'on peut voir au  MET (Metropolitan Museum of Art), jusqu'au 21 Août est composée de 20 oeuvres (19 sculptures et 1 photographie). 

Plus de focus >>

Deux projets menés en Afrique du Sud et au Rwanda présentés comme des exemples "d'architecture de paix"



Depuis le 16 Juin dernier et jusqu'au 11 Septembre, le Centre Canadien d’Architecture (CCA) présente dans sa salle octogonale, La bonne cause: l'architecture de paix, une exposition qui explore les enjeux  de la reconstruction des zones d’après-guerre et le maintien de la paix à travers des projets d’architecture et d’urbanisme visant à, humaniser et rebâtir les villes et les territoires dévastés par les conflits armés. L’exposition s’interroge sur le bien fondé de la reconstruction en tant qu’instrument du maintien de la paix et de la prévention de conflit. Elle met en lumière ses complexités ainsi que les facteurs de succès et d’échec. 



Conçue par le NAI, l’Institut Néerlandais d’Architecture (Rotterdam) et Archis (Amsterdam) en collaboration avec le CCA, l’exposition aborde le sujet de la production d’espace en temps de conflit et celle en temps de paix ; elle présente un éventail de projets concrets réalisés avec la participation d’agences d’architectes, d’urbanistes et d’écoles d’architecture dans des régions du monde marquées par des tensions géopolitiques qui perdurent: L’Afghanistan, le Kosovo, L’Afrique du Sud, le Rwanda, Israël et la Palestine. 

RAW MATERIAL COMPANY : Un centre pour l'art , le savoir et la société


Le 21 Avril dernier s'ouvraient à Dakar les portes d'un centre pour l'art, le savoir et la société, Raw Material CompanyMis en place depuis 2008 comme site mobile de pratique artistique et d’échange critique, Raw Material Company a désormais une adresse physique fixe.

L
e nom Raw Material Company, en français la Compagnie des matières premières, renvoie en premier lieu à l’Afrique fournisseur surexploité de matières premières pour le développement industriel international, berceau de talents artistiques., mais aussi à l’esprit, à la créativité comme matière première nécessaire pour le développement humain. 

LE FOCUS DE JUILLET



Ce mois-ci AFRIKADAA est allé à la rencontre d'un artiste comtemporain hors norme, Joël Andrianomearisoa.
Plus de focus >>

AFRICAN UPCYCLING : Une deuxième vie pour les pirogues de pécheurs sénégalais

Crédit photographique : Aishpanu (pirogues) -
Frédérique Lebel (exposition African upcycling)


Chers lecteurs et lectrices aujourd'hui AFRIKADAA vous propose de découvrir une exposition qui allie design et action solidaire : African Upcycling.

GORÉE-"REGARDS SUR COUR" : Le reportage photo





Aujourd'hui, nous vous offrons l'occasion à ceux qui ne sont pas encore en vacance de s'évader, un petit bout de soleil, avec le reportage photographique réalisé par Sandra Negem Bocandé pour AFRIKADAA, pendant l'exposition "Regards sur cour".

20 photos pour découvrir l'île de Gorée, ses cours, ses jardins, mais surtout les oeuvres d'arts  exposées dans le cadre de "Regards sur cour"

GORÉE-"REGARDS SUR COUR" : Du 11 au 13 juin les Goréens vous ouvrent leurs cours



Si vous avez la chance de vous trouver à Dakar pendant ce long week-end de Pentecôte profitez de l'occasion pour prendre la chaloupe et vous rendre à Gorée afin de profiter de "Regards sur cours", qui revient après deux ans d'absence.

Pendant trois jours il vous est offert, de découvrir des oeuvres originales (tableaux, sculptures, mobiliers, bijoux, photos, ...) dans des lieux magiques (jardins, patios, cours intérieures, ...) et de profiter de l’architecture unique liée à l’histoire de l’Ile de Gorée.

LE FOCUS DE JUIN





Ce mois ci, lumière sur la "semaine africaine et solidaire", initiée par l'artiste engagé  Tiken Jah Fakoly.

Du 13 au 18 juin, une série d'évènements culturels (projections de films, exposition, concert, ...) vont donc se succéder à Paris, la semaine s'achèvera sur le concert de Tiken Jah à Bercy... 

DIASPARIS : Les artistes de la Diaspora africaine s'exposent au Musée du Montparnasse


L'exposition DiasParis s'inscrit dans le cadre de la 2ème édition du festival "l'Afrique dans tous les sens", qui depuis le 10 Mai fait vivre la capitale française aux rythmes et aux couleurs du continent Africain. Le festival a en effet investi de haut lieux de la culture à Paris, la Belleviloise,  le Musée du quai Branly, et le Musée du Montparnasse. C'est dans se dernier que sont exposés depuis le 17 Mai et jusqu'au 5 Juin les artistes qui participent au projet DiasParis (la clôture de l'exposition marquera la fin du festival).


LE FOCUS DE MAI

Le focus du mois est consacré à "l'Autre Afrique", un projet photographique initié en 2005 par le photographe Philippe Sibelly. Le but, promouvoir une nouvelle vision du continent africain. 

Plus de Focus >>

"Africa : see you, see me" Une exposition pour changer les regards sur l'Afrique



Après Lisbonne (Portugal) et  Florence (Italie) c'est Pékin (Chine) qui accueille l'exposition photographique itinérante "Africa : see you, see me" depuis le 23 avril et jusqu'au 22 mai. Le but de cette exposition initiée en 2010, bousculer les idées reçues et les traditionnels clichés qui collent au continent africain (famine, guerres, pauvreté) à travers des images qui montrent un continent riche de culture, d'espoir, d'imagination et de rêves.

TOUBAB PARIS : ou quand le wax devient bijoux et accessoires



Nous avons rencontré Maud Villaret, la créatrice de Toubab Paris, au salon de création itinérant "court circuit ", qui réunissait ce week end à Paris 95 créateurs.
Toubab Paris c'est avant tout une démarche éthique, humaine et solidaire, mais aussi et surtout une déclaration d'amour à l'Afrique, dont la jeune créatrice est tombée amoureuse depuis un voyage au Mali en 2004 et qui est pour elle une source inépuisable d'inspiration.

CONTRAST CITY: ou l'art de transformer des déchets de caoutchouc en une gamme de textiles d'intérieur originale et contemporaine




Contrast city est un programme de création de produits artisanaux développé à Marrakech, ville marocaine riche de contraste (d'ou l'appellation du programme), dans une perspective de développement durable (récupération du déchets de caoutchouc) et une logique de commerce équitable, initié en 2009 par La Compagnie du Commerce Équitable (LCCE) en collaboration avec la designer Sandrine Dole, spécialisée en artisanat, travaillant en Afrique depuis près de dix ans et installée à Marrakech. L'organisation Smiley world association a aussi contribué au développement du programme en apportant un appui financier.

Mode: Bien dans mes baskets "MADE IN AFRICA"

La marque africaine Sawa est dispo au 3ème étage du Citadium à Paris


AFRIKADAA vous présente aujourd'hui une marque qui monte dans le milieu des baskets branchées :Sawa. Ces tennis au look vintage sont entièrement fabriquées au Cameroun, avec des matériaux venus de pays africains : cuir du Nigéria, lacet de Tunisie, caoutchouc d'Egypte...

L'ONU-Habitat et le PNUE passent au "vert" avec leurs nouveaux bureaux à Nairobi



Le 31 Mars dernier, Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, inaugurait les nouveaux bureaux du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et de l'ONU pour les établissements humains (ONU-Habitat) à Nairobi, au Kenya. 
Selon Mr Ban Ki-moon "Si notre population croissante veut survivre sur cette planète, nous avons besoin de modèles intelligents qui optimisent les ressources, qui permettent de réduire les déchets et qui servent les communautés. Cette installation incarne la nouvelle économie verte, seule solution pour ouvrir la voie à un avenir plus propre, pour créer des emplois et pour stimuler la croissance économique mondiale"

Ce bâtiment unique en Afrique sub-Saharienne resulte de la collaboration entre le bureau des Nations-Unis à Nairobi, l'ONU- Habitat, le PNUE, des architectes locaux (le cabinet Beglin Woods), des entreprises locales et des firmes technologiques internationales.  

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE AU MAROC: Deux projets aux qualités urbaines, architecturales et environnementales indéniables

Le Maroc est depuis de quelques années engagé dans une démarche environnementale volontariste qui se développe  dans tout les secteurs. La capitale, Rabat a d'ailleurs été choisie pour accueillir en Avril dernier le 40ème anniversaire de la journée de la terre.
Sur le plan de l'architecture cette démarche se traduit par une recherche de qualité urbaine, architecturale et environnementale pour tout les projets  architecturaux,  voulu part  les architectes et les autorités, comme  en témoigne ces deux projets d'infrastructures publiques, retenus suite à des concours initiés par les autorités Marocaines: la faculté polydisciplinaire de Taroudant et la future Eco-Cité sportive de Rabat.


À gauche : La faculté de Taroudant. À droite : l'Eco- Cité de Rabat

Plus que six semaines pour profiter du "GLOBAL AFRICA PROJECT"






Voila près de cinq mois que l'exposition "Global Africa Project" est installée au Musée des Arts et du Design à New York. Cette exposition sans précédent explore le spectre de l'art, du design, et de l'artisanat, africain contemporain dans sont ensemble, à travers le monde.

"VISIONARY AFRICA" après Ouagadougou place à Addis Abeba


Le projet «Visionary Africa: Art at Work» organisé par la Commission Européenne, sous la coordination artistique du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Belgique), que nous vous avions présenté dans un précédent article, quitte Ouagadougou et le pavillon d'exposition, signé David Adjaye, a été remis à ladite  ville.  Le projet urbain et itinérant qui a séjourné dans la capitale du Burkina Faso de 19 Février au 18 Mars dernier, fait aujourd'hui route vers Addis-Abeba, en Ethiopie où il s’établira pour quelques semaines au mois de Mai. 
Dans cet article nous reviendrons sur le déroulement du passage de l'expoxition à Ouagadougou, qui accueillait dans la même période le FESPACO.
Le pavillon d'exposition

Une première au Salon de livre de Paris



Le Salon du livre de Paris  2011 qui fermait ses portes lundi dernier, fût le théâtre d'un évènement inédit, en  effet un le premier ouvrage dédié à l'architecture africaine contemporaine "Suites architecturale" y était présenté, sur le stand de la Galerie Congo.
Ce livre, premier ouvrage de la collection d’architectures & d’Afrique, retrace un itinéraire de traversées de centres-villes. Kinshasa, Douala, Dakar. Autant d’arrêts sur des éléments architecturaux déterminants, autant de mises en parallèle de lieux d’antan et d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas, ici, de porter un regard nostalgique sur une époque révolue, où l’espace semblait plus dégagé et ordonné, mais de décoder ce qui se réalise depuis lors dans ces villes chargées d’histoires différentes. Chaque ville s’ouvre sur un panoramique, des repères historiques et une vision plus personnelle, puis dévoile son évolution depuis les indépendances. Enfin un livre qui propose un nouvelle vision de l'architecture africaine.

ONOMO : Des hôtels "Eco-friendly" en Afrique

Il y a 4 mois était inauguré à Dakar un hôtel d'un nouveau genre, le Onomo Hotel Dakar Airport. Ce 3 étoile est le premier de la chaine Onomo International



Pour la première fois en Afrique un groupe hotelier  met en avant l'écologie et le développement durable pour la conception de ses hôtels, en proposant des établissements économiques dans leur conception en privilégiant, l'utilisation de matériaux locaux, la mis en oeuvre des moyens techniques simples, le recours à des savoir-faire locaux,une consommation énergétique maitrisée, mais aussi écologiques dans leur ambition en favorisant, la qualité thermique des bâtiments, l'utilisation de matériaux de construction locaux à faible empreinte écologique, l'utilisation de l'energie solaire pour assurer les besoins en eau chaude sanitaire, l'éclairage naturel, l'abondance de végétation, un traitement des eaux usées efficace.

Tentez l'expérience du Musée Virtuel des Arts et Traditions du Gabon



Il y a 4 ans (novembre 2006) le Gabon était à l'initiative d'une première mondiale, le Musée Virtuel des Arts et Traditions du Gabon, le tout premier musée en 3D sans aucun lien avec une institution réelle. 
Le musée présente une collection de 250 objets (œuvres d’art, objets quotidiens et vestiges archéologiques gabonais...). La majorité des ouvres présentées provient des collections du fonds actuel du Musée National des Arts et Traditions du Gabon (Libreville), le reste provenant de « donateurs » privés. Outre les objets (reliquaires, masques, statues…), le Musée offre aux visiteurs des documents sonores et vidéos exceptionnels, permettant d’approcher des cérémonies rituelles normalement exclusivement réservées aux initiés. De plus, les musées du monde entier et les collectionneurs ont la possibilité de « restituer » des œuvres, sous forme de : photos, vidéos, sons, textes...afin d’enrichir cette collection. 

Les Photos de la 2ème édition du PANAF (Festival Culturel Panafricain d'Alger) s'exposent à Washington


L'université du District of Columbia (UDC) à Washington accueille depuis le 8 mars et jusqu'au 15 avril une exposition de photographies consacrée au deuxième Festival panafricain (PANAF) organisé en 2009 à Alger, cette deuxième édition organisée 40 ans après celle de 1969, a rassemblé 49 pays africains ainsi que les États-Unis et le Brésil. Parmi les artistes invités figuraient : BiyounaYoussou N'DourCesaria EvoraKhaledDanny GloverSami TchakTierno Monénembo entre autres. Le PANAF 2009 était organisé en plusieurs festivals spécialisés: Festival de littérature et de livre jeunesse, Festival de théâtre, Festival de la Bande dessinée, Festival Diwane et Jazz, Festival de danses populaires...etc.

"AFRICA NOW" 115 oeuvres d'art moderne et contemporain africain en vente à BONHAMS

La 3ème vente évènement  "Africa now", un échantillon fascinant des meilleurs oeuvres d'art moderne et contemporain africain, aura lieu à Londres le 16 Mars à 14 heure, à Bonhams, la célèbre maison de vente aux enchère d'arts et d'antiquités.

Cette vente qui se déplace tour à tour entre Londres et New York, se tiendra pour la deuxième fois dans la capitale britannique. Cette deuxième vente promet d'être la plus importante du genre jamais organisée à ce jour. 

Giles Peppiatt, Chef du département Art Africain à Bonhams, explique que " 115 oeuvres de 60 artistes venu de tout le continent -    du Bénin, du Cameroun, de la République Démocratique du Congo, du Ghana, de Côte d'ivoire, du Mali, du Mozambique, du Nigéria, du Congo, du Sénégal, d'Afrique du Sud, de Tanzanie, d'Uganda, de Zambie et du Zimbabwé - va encore une fois attirer des acheteurs du monde entier. Bonhams est présent dans 27 pays  sur les 5 continents et fourni un réseau important aux acheteurs du monde entier intéressé par l'Art Moderne est Contemporain Africain. 

Les estimations de prix pour les oeuvres vont de 1200€, pour des pieces d'artistes tel que Ibou Diouf du Sénégal ou Henry Munyaradzi du  Zimbabwe, à 59000€ pour une piece de El anatsui, le ghanéen, qui est l'un des plus remarquable sculpteurs modernes.


El Anatsui ( Ghanéen, né en 1944 ), "Riga Sequence", signée et datée "EL / 95" ( en bas à droite ), titre inscrit au verso,   composition en bois dur (15 pièces ) et tempera, 57 x 156.5cm (22 7/16 x 61 5/8in), estimée entre 35,000€ et 39,000€. Photo : Bonhams.


22ème FESPACO: La grande messe du cinéma africain s'ouvre demain à Ouagadougou

Depuis 22 ans le FESPACO (festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou ) est le rendez du 7ème art en Afrique, l'édition 2011 qui démarre demain est placé sous le thème: cinéma et marché. Durant une semaine, les professionnels du cinéma, les critiques et les amateurs des salles obscures se rencontreront pour discuter des problèmes de distribution et de diffusion du 7è art africain. Cette année, 194 films sont à visionner. Compétition officielle et non officielle confondues, panorama y compris. Dans la compétition officielle, 18 longs métrages partiront à la conquête de l’Etalon d’Or du Yennega, la prestigieuse récompense du FESPACO.
Pour plus d'information consultez le site du FESPACO.


Affiche du festival - source: www.fespaco-bf.net



Un festival de la caricature et du dessin de presse au Togo



Dessin de Damien Glez


Qu'ils dépeignent avec humour les travers de la société africaine ou qu'il soit plus engagés, en jouant parfois le rôle de  contre-pouvoir politique, les caricaturistes africains sont devenus des acteurs incontournables de la scène publique africaine, à l'image de leurs homologues occidentaux tels que Plantu ou Kroll, pour ne citer qu'eux. Et cela malgré les risques, la censure et les difficultés économiques de la presse écrite en Afrique, qui poussent certains d'entre eux à franchir les frontières et à s'installer en Europe où ils se font connaître via Internet ou dans certains titres de presse centrés sur l'Afrique ou l'International.  Parmi les caricaturistes africains qui font parler d'eux on retiendra, le sud africain Zapirole nigérian Tayole franco-burkinabé Glez, les algériens Dilem et Le Hic, le congolais Kash, le marocain Gueddar, le mauricien Pov, le gabonais Pahé, le camerounais Almo the best, ou encore le sénégalais Odia...

L'art contemporain malgache à l'honneur à l'occasion de l'exposition itinérante 30 et presque songes






Si les artistes et l'art contemporain malgaches sont aujourd'hui peu présents sur la scène internationale, cela risque fort de changer cette année avec la deuxième édition de 30 et presque songes, un projet d’art contemporain ayant pour fil conducteur le recueil de poèmes Presque songes, de Jean Joseph Rabearivelo, considéré comme le premier poète africain moderne. Le projet a donné lieu, en 2007, à une exposition sur 1500 m2 des œuvres de 30 artistes malgaches et internationaux, qui s’est déroulée à Antananarivo (la capitale malgache).
Le plasticien Joël Andrianomearisoa a décidé de reconduire l’expérience, tout en précisant « qu’il ne s’agit en aucun cas d’un festival, il n’y aura pas dans le futur de rendez-vous récurrents et réguliers, mais des manifestations aléatoires suivant les désirs et les opportunités des artistes ».

Article suivant Article précédent Accueil
2010 © Tous droits réservés à www.afrikadaa.com
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...