Rencontres et "Contemplations sur le concept de Post-Black art" au Quai Branly.


Le 27 octobre dernier se tenait au Quai Branly une rencontre avec la jeune doctorante allemande Nana Adusei- Poku boursière du programme “Genre comme catégorie du savoir” à l’Université Humboldt à Berlin. Pour sa thèse intitulée “Conditions d’existence”, elle écrit sur les liens entre le post-racisme et le “post-Blackness” en relation avec les artistes contemporains noirs.

Elle commence par à tout prix vouloir retirer les a priori, le concept de Post-Black Art n’évoque pas l’idée d’une ère post raciale, cela ne peut pas exister car il est impossible de faire disparaitre le racisme fléau intemporel. Le Post-Black Art est une autre approche de la négritude (Blackness), « une différence dans la différence, une multiplicité dans la multiplicité » c’est un moyen pour les artistes d’utiliser les concepts de race et de négritude et les déconstruire simultanément.

Who can say no to a gorgeous brunette ? © Hank Willis Thomas

Nana Adusei-Poku indique que ce terme a été conceptualisé pour la première fois dans la bouche de Thelma Golden directrice du Studio Museum Harlem et le Post Black Art consiste en « une dichotomie insurmontable entre la politique identitaire et la promesse de surpasser les catégories existantes, et crée une tension d’où émergerait un nouveau phénomène visuel et de nouveaux modes de pensée. »

Pour certains artistes de cette mouvance, ce concept se veut au-delà du genre et de la race et le post-modernisme est en réalité le Post-Black . Ce concept doit avant tout être observé dans la communauté noire-américaine qui s‘est inspiré des écrits de grandes figures noires-américaines comme DuBois, le Post-Black Art

Pour mener à bien son exposé, Adusei-Poku cherche à analyser les limités et possibilités du Post-Black Art en accompagnant son exposé d’œuvres et du travail de grands artistes contemporains noirs américains tels que Hank Willis Thomas, Kara Walker et d’autres et de leur conception et interprétation du Post-Black Art.

Thomas en particulier a illustré ce courant avec ses œuvres réunies sous le titre « Unbranded: reflection in Black Corporate America 1968/2008 » qui se veut retracer l’évolution de la culture de consommation noire américaine dans deux périodes charnières: 1968, année marquée par l’assassinat de Martin Luther King et 2008 couronnée par l’élection emblématique de Barack Obama. Son travail précédent « Branded », a repris des articles de consommation utilisés pour montré comment les Noirs-Américains sont devenus des produits de marque. Le « Unbranded » de Thomas souhaite marquer la fin d’une ère de consommation américaine et reprend de grands personnages publicitaires tel que Uncle Ben qui passait du serviteur au « Chairman », PDG.


After  61 years of service, I Ben, promoted © Hank Willis Thomas 


Les portraits de Thomas sont très saisissants et nous invitent à une réelle prise de conscience sur la force des images et des clichés préconçus en nous montrant des publicités sans leurs slogans.


Branded head© Hank Willis Thomas 


Thomas et ses collègues veulent nous montrer la puissance visuelle des publicité et son impact considérable sur la communauté noire. La désobéissance des genres s’illustre très bien dans les tableaux de Mickalene Thomas qui reproduit l’œuvre de Manet déjeuner sur l’herbe et qui la nomme « Les Trois Femmes noires »


"le déjeuner su l'herbe : Les trois femmes noires"©Mickalene Thomas


Toute une génération d’artistes Post Black Art utilisent donc divers procédés et techniques pour reprendre les différents aspects de l’identité noire et de les restructurer et même déstructurer. Le post-modernisme est constamment rapproché, entremêlé avec le Post Black Art.

Adusei-Poku a aussi voulu nous souligner l’attraction commerciale que le terme de Post Black Art a soulevé et que certains l’artistes s’en sont servis pour permettre une visibilité et être « bankable », le label Post Black est devenu plus que rentable.


Afro american express © Hank Willis Thomas 


Elle fini son exposé en nous exposant les divers facteurs qui ont conduit à l’apparition du Post-Black Art entre autres, les conflits idéologiques apparus après 2001, l’élection d’Obama et en priorité la crise identitaire générale dans laquelle se situe notre génération. En effet comment chacun conçoit-il sa négritude dans un contexte social et politique déterminé?

Mais elle nous ouvre la possibilité de concevoir le Post Black Art dans des espaces autres qu’aux US et s’étendant désormais aux diasporas. L’exposé de Nana Adusei-Poku a été un réel enrichissement et une découverte d'une facette encore méconnue du Black Art et nous invite à en découvrir beaucoup plus!

Quelques liens pour en apprendre un peu plus sur le Post Black Art:

http://mickalenethomas.com

... Par Shari Hammond

0 Commentaires / pour commenter c'est ici >:

Enregistrer un commentaire

Article suivant Article précédent Accueil
2010 © Tous droits réservés à www.afrikadaa.com
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...