SHARP SHARP JOHANNESBURG A LA GAITE LYRIQUE

© Athi Patra Ruga


Chaque année, la Gaîté lyrique part à la rencontre des scènes artistiques de grandes métropoles, lieux de tous les flux et de toutes les accélérations. Sharp Sharp Johannesburg invite 50 artistes évoluant au croisement de la musique, de l’art visuel, de la performance, des pratiques collaboratives et de la pop culture. En langage familier, sharp sharp signifie « tout roule ». Laissez-vous conduire vers cette mégalopole de trois millions d’habitants, laboratoire de l’urbanité et de la réinvention de soi. Considérée comme une non-ville, Joburg questionne les modèles, réhabilite le sens du collectif et invite à réfléchir sur ce qui fait ville. Elle parle d’un domaine public à construire, qui appartiendrait à tous. Caisse de résonnance, Sharp Sharp Johannesburg fait découvrir ces zones de frottements qui voient émerger des résistances et un vocabulaire esthétique novateur. À l’image de cette cité puzzle, le programme multiforme laisse parler ceux qui la façonnent. En dialogue avec Johannesburg et ses habitants à travers quatre semaines thématiques, la Gaîté lyrique propose un jeu de miroir entre ici et là-bas pour appréhender des réalités en mouvement. 

Ce dernier week-end est dédié aux questionnements identitaires, aux désirs de vivre avec ses différences, aux quêtes de pouvoir critique et à la réinvention de soi sur fond de musique kwaito. La recherche identitaire accomplie par les Noirs après l’apartheid relève de l’épreuve de force. En hommes et femmes libres, les jeunes générations multi-ethniques questionnent cette identité. Mettant en jeu homosexualité et racialisation, elles expriment le besoin de réinventer la différence au-delà des assignations. Le kwaito, premier courant musical électronique du continent, a été le stimulant bruit de fond de ces mouvements.


PROGRAMME 


JEUDI 31 OCTOBRE 


• 19h19 - rencontre - Jobourgeois Bohème: la gentrification du centre ville de Johannesburg
Sophie Bouillon, chef de rubrique Afrique à Courrier international anime la discussion avec Patricia Huon, journaliste en poste à Johannesburg et Jean-Baptiste Onana, docteur en aménagement urbain et professeur à l'université Paris-Val-de-Marne, spécialiste de l'Afrique australe

SAMEDI 2 NOVEMBRE - en accès libre (sauf concerts et brunch)
• 18-23h barbecue entre amis par My Food Montreuil 
• 14h30 - rencontre - Zanele Muholi, la photographe qui va au-delà des clichés
Militante des droits à la différence en Afrique du Sud, Zanele dresse une galerie de portraits frontaux et assumés d'homosexuels décidés à refuser toute discrimination et jugement face à leur orientation sexuelle.
• 15h30 - projection - Difficult Love - Zanele Muholi (documentaire, 2010, 48 minutes) 
Le film évoque les défis auxquels sont confrontées les lesbiennes noires en Afrique du Sud aujourd’hui.
• 16h30 - conférence - Genre, race : réinventer la différence - Shireen Hassim 
La chercheuse en sciences politiques s’intéresse à la dimension politique du corps et à la place des femmes dans la société sud-africaine.
• 17h30 - performance The future white woman of Azania #1- Athi Patra Ruga
La performance, procession funeste, nous parle d’une identité possible, hybride et à construire. Peut-être en référence à Azania, ce lieu mythique devenu patrie pré-coloniale utopique.
• 18h30- sélection de vidéos-clips retraçant l'histoire du mouvement Kwaito par Ra Hlasane 
Rythmique house, scansion rap : premier style musical électronique du continent, issu des townships début des années 90, le kwaito s'est imposé comme la bande-son de la reconquête politique de la génération de sud-africains noirs.
• 23h30 - Les Nuits de la Gaîté - Globalisto Kwaito - Proposition de Mo Laudi - 12 € en prévente / 14 € sur place
Né en Afrique du Sud, le virus musical a agrégé d'autres musiques comme la deep house et le hip- Hop. Avec Mo Laudi, Aero Manyelo, Greg Gauthier, Emile Omar et Mawimbi DJ Crew.


DIMANCHE 3 NOVEMBRE


• 12-18h brunch et barbecue en famille par My Food Montreuil 
• 14h00 -16h - Hotel Yeoville - Extended Mirror - Un projet artistique de Terry Kurgan et Tegan Bristow. 2 heures de discussions croisées entre Johannesburg et Paris modéré par Marie Didierlaurent et Godfrey Talabulu. Pour ce dernier jour d'échange, Ra Hlasane, dj et collectionneur des premières heures du courant musical électronique kwaito, embarque le public parisien pour une traversée sonore à la découverte de cette bande son de l'Afrique du Sud post-apartheid. En savoir plus ici : www.gaite-lyrique.net/evenement/extended-mirror-hotel-yeoville


4 INSTALLATIONS À VOIR ET À VIVRE jusqu'au 8 novembre


> Taxi Sound System, une installation audiovisuelle de Mj Turpin & Joao Orecchia sur le rôle des taxis collectifs pour promouvoir la musique et faire face à l'absence de transport en commun
> City of God, une fresque d’Anton Kannemeyer & Conrad Botes (Bitterkomix) sur la persistance des carcans idéologiques et religieux en Afrique du Sud
> Disrupted Webisodes, une installation vidéo et cinétique de The Cuss Show sur les esthétiques de parasitage dans la rue, dans le cyberespace et sur nos caméras de surveillance.
> Hotel Yeoville - Extended Mirror, dispositif participatif de Terry Kurgan, Tegan Bristow et Guylan Melki pour donner le goût de l'autre et changer nos regards


Et aussi une sélection de films, de livres, de jeux et d'objets

0 Commentaires / pour commenter c'est ici >:

Enregistrer un commentaire

Article suivant Article précédent Accueil
2012 © Tous droits réservés à www.afrikadaa.com
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...