Bili Who?



Plus besoin de le présenter : artiste plasticien ayant participé et présenté ses œuvres dans des biennales aussi riches et variées que celles de Johannesburg, La Havane, Dakar, Taipei et dernièrement Venise en 2007, sans parler d'Africa Remix, Bili Bidjocka fait partie de ces artistes noirs contemporains qui se sont fait un nom et une place comfortable dans le milieu artistique noir et au delà.

Le carton d'invitation est à l'image du maitre : un portrait tout en simplicité et en finesse mais empreint d'un certain mystère. Et là on se dit, pas d'intitulé mieux trouvé pour l'exposition au sein de la Galerie Robert que l'éponyme « Bili Bidjocka »


         Photo :   Antonin Borgeaud 
                        

Nous pensons donc directement à l'évocation, la présentation d'une rétrospective du travail accompli par cet artiste touche à tout. En chemin pour le rencontrer, nous passons devant deux, trois, vernissages se déroulant avec des intensités et affluences variantes dans ce quartier du Marais, mini mégapole pour artistes. 

Arrivant à une heure avancée du vernissage, des mini-groupes discutent ça et là aux environs de la petite galerie du 3e. Nous brossons les lieux du regard pour voir que nous n'aurons qu'un léger échantillon des travaux effectués par Bili. Mais ces travaux sont par leur diversité, autant de preuves de technicité, de recherche et d'expérimentation voulu par l'artiste.

Celui-ci offre d'abord au public un tableau intriguant au format 220x200x40 cm, où une ombre surgit d'un fond brumeux tapissé de lettres, mots, termes à consonance italienne. Cette peinture attire et, le détail des mots ainsi que des perles savamment tissées le long du sac porté par l'ombre nous intrigue. L'intrigue justement, ainsi que la complexité dans le travail artistique de Bidjocka seront les mots nous venant directement en tête pour décrire ses œuvres. Les sériegraphies d'autoportraits de Bili ainsi que l'installation vidéo visible au fond de la galerie témoignent de la maitrise par ce dernier de tous support autant classiques que la peinture et la gravure, que moderne par la vidéo. 

Il s'essaye aussi au design avec la présentation de son néon, placé au centre de la galerie et qui semble illustrer une juxtaposition aléatoire de lettres de néon jaune ; mais en posant la facheuse question sur la signification de ces lettres, Bili nous avoue et nous révèle à demi-mots qu'il s'agirait d'un message adressé à une personne qu'il n'apprécie manifestement que peu !!


    Bili Bidjocka, Kndl Grs Isn Asl, 2007
                          

Mais Bili aime garder le mystère sur les motivations derrières ses œuvres, une chose est sûre est qu'il se plaît à montrer toute l'étendue et la richesse de son travail en dépassant continuellement les bornes du format, et d'une façon, celles du cantonnage, du cataloguage en une rubrique unique ; mais n'est-ce là, au final, pas l'ambition de tout artiste ?

  Bili Bidjocka, Comedia Canto 3 / Inferno, 2012
                    Mixed media — 220 × 200 × 40 cm
                 

Bili Bidjocka, Galerie Robert du 17/03/2012 au 28/04/2012Pour plus d'informations: http://galerieolivierrobert.com

BIli Bidjocka figure aussi sur la liste des artistes exposés au centre d'art contemporain de Meymac dans le cadre  de l'exposition AFRICA/AFRICA   ... Par Shari Hammond

0 Commentaires / pour commenter c'est ici >:

Enregistrer un commentaire

Article suivant Article précédent Accueil
2010 © Tous droits réservés à www.afrikadaa.com
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...